Loading. Please wait...
fouiller

La médersa d’Alla-Kouli-khan

Le khan de Khiva Allakoulikhan (1825–1842) pour transformer la ville de Khiva en une de belles villes et attrayantes de l’Asie a réalisé, à partir des possibilités,  des grands travaux  de construction et de bien amenagement. Ayant analysé délabré et déjà de vieilles médersas tombant en ruines, qui dans la plupart étaient construites de la carcasse et la brique brute, ordonnait de construire à leur place aux maîtres habiles de ce temps  la médersa, mise par les briques.

À une série de telles  médersas se rapporte une belle médersa construite par lui sur le nom, à la place du rempart oriental d’Itchan-kala. La médersa a été commencer à construire après l’achèvement de la construction de tim. Avant la construction une partie du mur de la forteresse municipal adhérant à la médersa de Khodjamberdibiy et quelques dômes des portes de Palvan-darvaza étaient démolis. Les restes des murs en briques brutes et en brique étaient aplanis, et à leur place on a érigé le portail de la médersa. Ce portail s’est installé en face du portail de la médersa opposée de Koutoug Mourad inaka. Finalement sur la place se formée de nouveau  on formait la forme traditionnelle architecturale de  la médersa koch (formant la paire).

À la suite de l’augmentation sur le quai artificiel de la hauteur de 3 mètres, on a réussit considérablement à soulever la médersa d’Allakoulikhan sur les dômes bas, de la médersa voisine se trouvant devant lui de Khodjamberdibiy et insérer ainsi la médersa dans le territoire de la partie intérieure de la ville. L’aspect de la cour de la médersa a une certaine différence de traditionnel form: – une série  des khoudjras à un étage  est établie sur de petits dômes des portes de Palvan-darvaza et partiellement aux bords des dômes de tim. La médersa est bâtie en forme du trapèze, elle se trouve  de 99 khoudjras, de mosquées d’été et d’hiver,  de darskhona (l’auditoire). Dans chaque  khoudjra il y avait une porte et une petite fenêtre au-dessus. Dans la partie inférieure de khoudjras sont pavés par les briques carrés, les murs sont plâtrés, dans la partie intérieure les arks des khoudjras comme “balkhi” sans ornements. De grands locaux de la médersa comme la mosquée d’hiver et d’été n’ont pas de grands dômes comme dans les structures à un étage, de grands arcs, les murs égaux sans ornements, les niches profondes ont un certain aspect laid. Mais se distinguent tout à fait les ornements extérieurs de la médersa. Si dans la médersa de Koutloug Mourad inaka, disposé  en face était  utilisé le plâtre blanc et coloré,  la terre cuite en relief estampée, la maïolique glaçurée, mais dans  la médersa d’Alla Khouli khan on utilisait dans les ornements seulement la maïolique. Mais les dessins des maïoliques se distinguent l’un de l’autre, les maîtres de céramique au choix des ornements, partaient sur leur place de position, et avec une haute maîtrise prenaient les formes du panneau, les densités des peintures et les montants  des fragments arabesques. Les dessins végétaux sur le portail, une série d’arcs tendres raniment la monotonie ennuyeuse de ghirikh (les formes de l’ornement géométrique). Le portail de la mosquée dans la cour de la médersa est régularisé par les dessins complexes annulaires végétaux, ici il y a une entrée à la mosquée d’été. D’habitude le dos du portail principal de la médersa était privé les ornements, ici dans cette place on peut voir le tableau remarquable avec la représentation des dessins ajourés végétaux sur la maïolique.

L’histoire de la construction de la médersa dans de différentes périodes est écrite en varié. De  cela ustaz (le professeur) historien Aghekhi dans son oeuvre “Riyoz oud-davla ”(“ les jardins de la magnificence ”) amène les informations suivantes: -“ Dans l’année du brebis, en 1251(l’année de l’hégire)  (1835) selon l’ordre d’Allakoulikhan, sous la conduite de Muhammed Yussuf mikhtar construisait la forteresse de Tachkhaouz …

“La médersa la plus haute” (“Madrasaï oliya”) est disposée dans la ville de Khiva entre le caravan sérail et les portes de Pakhlavan darvaza … sa construction était commencée à la tête de Mukhammed Riza kouchbeghi. Après sa mort la construction à la tête  d’Atamourad kouchbeghi est menée à bon terme. Il a le nom “Madrasaï khan” (“la médersa de khan”).

Mais par des souvenirs des anciens habitants de Khiva, un temps (en 1961) sur une petite colonne ornant les portes de la médersa il y avait une inscription montrant l’année 1834. Notre professeur Kamildjan аkа Khoudaybergenov dans la brochure sous le nom “Khiva xonlari shajarasi” (“la Généalogie des khans de  Khiva”), s’étant arrêté sur les histoires de la médersa d’Allakoulikhan, a exprimé l’opinion  suivant: – “À  la cartouche du portail de la médersa sur la maïolique  par des lettres arabe dans le style nastalik écrit les mots suivants : – Grâce à Allah au très Haut, ce refuge réjouissant le regard, la mine du bien et l’abondance, est construit selon l’ordre du fils de sa majesté du grand sultan Muhammed Rakhim padichah, gazi (le militant pour la foi) (pour que sa tombe sois radieuse), ses majestés du grand sultan et honorable khanaka (le seigneur) d’Aboulgazi Allakouli Khorezmchakh (pour que son État sois éternel), à l’année 1250”. La médersa est construite à l’hégire en 1250, c’est-à-dire en 1834 selon la chronologie moderne. Selon tout le portail de la médersa en forme de la lettre П à extraordinairement beau et en même temps, le style difficilement lu souls de la lettre arabe a été écrite la surate de Fatkh (victoire) du Coran. Au mur du balcon se trouvant dans la partie supérieure de la porte, à l’entrée dans la médersa dans la langue  farsi, l’écriture nastalik a déduit le chronogramme dans les vers :

Aboulgazi Allakouli  schah,

Du raffinement d’Allah a orné la science du pays.

Sur mon Dieu, le nuage de la générosité ayant rempli de l’eau en abondance,

Transforme toutes ses places en rivière des connaissances.

Par la générosité cette médersa ayant construit,

L’a tourné aux coeurs éclairés,

Étant  de refuge des connaissances.

Son dôme surpasse le dôme des cieux,

Son gémissement est orné de la décoration de la science.

Les dômes majestueux de cette structure,

Sont éclairés de la tête aux pieds par le rayonnement de la science.

Viens eh, le clerc, pour son histoire,

Dis:- “La Source du charme et les connaissances utiles”.

(“Fayz va foydali ilm manbaï” « la source de la magnificence et la connaissance utile).

Dans les dernières lignes de ce vers on chiffre le chronogramme, au calcul de laquelle, il se trouve de l’hégire l’année 1250. Donc la construction de la médersa était commencée en 1834 et est terminé en 1835. Allikoulikhan en qualité de vakuf pour cela la médersa a mis en relief de terres se trouvant dans la conduite du khanat  de Khiva 8500 tanap (près de 9 mille hectares) les terres.
La médersa est restaurée, à présent ici s’installe le ce

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Categories

Tags

Like
View Bigger
Like
View Bigger
Like
View Bigger
Like
View Bigger
Like
View Bigger
Like
View Bigger
Like
View Bigger
Like
View Bigger
Like
View Bigger
Like
View Bigger
Like
View Bigger
Like
View Bigger
Like
View Bigger
Like
View Bigger
show main info details details Like

Share it on your social network:

Or you can just copy and share this url
Related Posts