Loading. Please wait...
fouiller

La mosquée de Kalan

La première mosquée de vendredi de Boukhara était fondée dans 713 par le chef militaire arabe Koutayboy ibn  Mouslim  au koukhandisé  (arc/forteresse) de Boukhara à la place du temple païen. Dans le premier quart de XII s. le régent karakhanide  Arslan-khan Moukhammad a ordonné de transférer à la partie occidentale de Chakhristan la mosquée de vendredi et le minaret. Cette action s’est achevée par l’échec : le minaret inachevé s’est écroulé et a détruit la mosquée. La dernière on a restauré en 1121, et le minaret, terminé huit ans après, jusqu’ici sert de la dominante verticale sur le territoire de la partie historique de Boukhara.

Comme les études archéologiques ont montré,  sous la mosquée existant actuelle  il y a des restes encore de deux, inférieur desquelles  est la construction d’Arslan-khan, qui avait les mêmes gabarits que le bâtiment existant à présent.  Apparemment, c’était la plus grande mosquée à  Transoxiane  avant la construction en 1399-1404 de la mosquée de Bibi-khanoum (khanym/khonim) à Samarkand. La deuxième mosquée (le premier quart — le milieu de XIV s.), érigée à la place  de première, était du même type, mais entièrement en brique. Le troisième bâtiment, existant à présent de la mosquée, était hypothétiquement érigé pendant le conseil d’administration de Mirzo Oulougbek. Cette construction grandiose (80×130), rectangulaire dans le plan, est tendue selon l’axe l’est – l’ouest.

En 1514, pendant le conseil d’administration  d’Oubaydallakh-khan (la date – dans la niche du portail d’entrée), on entreprenait une grande réparation de la mosquée synodique. À la reconstitution des inscriptions de maïolique participait le maître Bayazid al-Pourani. En 1542 dans la niche du portail d’entrée on montait la plaque de marbre avec le texte du décret du nom  Abd al-aziz-khan (le fils  d’Oubaydallakh-khan) sur la libération des habitants de Boukhara de certains impôts (l’inscription est accomplie par le même calligraphe Pir Cheykh al-Pourani). Au début de XX s. le maître de Boukhara Chirin Mouradov participait aux travaux de réparation de la mosquée.

Sur le portail d’entrée on écrit les fragments du Coran (17 : 1; 4 : 39; 62 : 1 — 11; 9:18). Le calligraphe – Bayazid Pourani mentionné, est restauré Khabiboullo Salikh  (1979-1980,1996).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Categories

Tags

Share it on your social network:

Or you can just copy and share this url
Related Posts