Loading. Please wait...
fouiller

Les portes de Palvan Darvaza

Une des places les plus animées de Khiva médiéval était la place chez Palvan Darvaza – les portes orientales des citadelles de Khiva d’Itchan-Kala. Ici encore à XVII siècle on construisait les bains d’Anouchakhan et le bâtiment sans étages de la médersa de Khodjamberdy-biya. La chaîne des bâtiments  de l’ensemble chez Palvan Darvaza font aussi la médersa de l’Allakouli-khan, tim (le dôme commercial), le caravan saray, et d’autre part les places – les médersas de Koutloug-Mourad-inaka et le palais de Tach-khaouli.

L’ensemble de tous les bâtiments était créé dans la mesure de la nécessité apparaissant de vie. La saturation par des bâtiments était grande ainsi que certains d’eux se produisaient pour les murs d’Itchan-Kala.

Les portes elles-mêmes de Palvan Darvaza avec les meurtrières et les tours latérales se trouvent sur l’intersection avec le mur municipal. La façade des portes est régularisée en forme du portail d’arc, après delaquelle à l’écart de la ville dure «dach kucha» (la rue en pierre) – le couloir bloqué par la chaîne de six dômes. Derrière de  l’arc d’entrée on dispose de part en part la galerie commerciale avec beaucoup de dômes – «tim», des deux côtés delaquelle on dispose les boutiques des marchands et le local du petit bains.

À l’entrée sur les portes s’est gardée la dalle de marbre avec l’inscription historique « Chakhri Khiva » (ville de Khiva) et la date de la construction – 1221 de l’hégire (selon la chronologie musulman), c’est-à-dire 1806. C’est la plus vieille partie du bâtiment, qui se lie avec le bains d’Anouchakhan. La construction des portes était finie par Alla-kuli-khan en 1835. À droite des portes sur la sortie d’Itchan-Kala  jusqu’à 1873 s’installait le marché d’esclave, et dans les niches des portes les esclaves courants et les révoltés attendaient le sort. Ici retentissaient aussi les décrets de khan et s’accomplissaient les répressions sur les criminels.

Les portes sont appelées en l’honneur du poète et le militant invincible Palvan (ou Pakhlavan) Makhmoud, qui a commencé à être respecté avec le temps par le festin, c’est-à-dire le protecteur sacré de la ville. « Palvan » signifie « le Preux ». À la place de sa tombe derrière la Mosquée  de Djouma  on a construit le mausolée le plus majestueux dans la ville. En dehors des portes, en l’honneur de Palvan Makhmoud est appelé un principal « aryk » (canal) de la ville nourrissant Khiva  de l’eau – « Palvan-yab ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Categories

Tags

Like
View Bigger
Like
View Bigger
Like
View Bigger
Like
View Bigger
Like
View Bigger
Like
View Bigger
show main info details details Like

Share it on your social network:

Or you can just copy and share this url
Related Posts